lundi, décembre 5, 2022
HomeSantéGuide de l'infirmité motrice cérébrale : Symptômes, tests et traitements

Guide de l’infirmité motrice cérébrale : Symptômes, tests et traitements

Si un de vos proches vient d’apprendre qu’il est atteint d’infirmité motrice cérébrale, vous pouvez ressentir de la peur, de la confusion, de l’espoir et de la détermination. La plupart de ces émotions sont dues à un manque de connaissances sur ce problème de santé.

Voici un guide qui vous fournira des informations de base sur la paralysie cérébrale, comme ses symptômes, le diagnostic de la paralysie cérébrale et les différents traitements disponibles.

Qu’est-ce que la paralysie cérébrale ?

L’infirmité motrice cérébrale (IMC) est une lésion ou un trouble du cerveau qui affecte le mouvement. Elle peut être légère ou grave et peut affecter n’importe quelle partie du corps. Il s’agit d’un handicap moteur courant dans l’enfance, qui peut survenir avant la naissance.

Une étude indique qu’environ 3 bébés sur 1 000 nés aux États-Unis recevront un diagnostic d’infirmité motrice cérébrale avant leur 8e anniversaire.

Voici comment le problème se produit.

Le cerveau se développe dans différentes zones pendant la grossesse. Ces zones se rassemblent et se connectent ensuite au fur et à mesure de la maturation du cerveau du bébé. Si une lésion cérébrale se produit au cours de ce processus, elle peut entraîner une PC.

Quelles sont les raisons de l’infirmité motrice cérébrale ?

Voici quelques raisons générales pour lesquelles un bébé peut souffrir d’infirmité motrice cérébrale.

  1. Naissance prématurée: Si un bébé naît trop tôt, son cerveau peut ne pas s’être suffisamment développé pour contrôler correctement tous ses muscles.
  2. Infections pendant la grossesse: Certaines affections comme la rubéole, la toxoplasmose et le cytomégalovirus peuvent causer des dommages au cerveau en développement. La rubéole est un virus qui peut être prévenu par la vaccination.
  3. Manque d’oxygène dans le cerveau: Cela peut se produire avant, pendant ou après la naissance. Il peut être dû à des problèmes avec le placenta ou le cordon ombilical ou si le cerveau du bébé ne reçoit pas assez d’oxygène pour une autre raison. Lorsque l’apport est moindre, les cellules du cerveau peuvent être endommagées ou mourir.
  4. Blessure à la tête: Un traumatisme crânien peut endommager le cerveau et entraîner une paralysie cérébrale. Cela peut se produire avant, pendant ou après la naissance. Par exemple, si un bébé a un saignement dans le cerveau, cela peut causer des problèmes.
  5. Conditions génétiques : Certaines maladies génétiques rares peuvent entraîner une paralysie cérébrale. Par exemple, les anomalies chromosomiques comme le syndrome de Down ou le syndrome de l’X fragile. Le syndrome de Down est une affection médicale causée par la présence d’un chromosome supplémentaire dans l’organisme. Il s’agit de la cause génétique la plus courante de déficience intellectuelle. Le syndrome de l’X fragile est une affection qui entraîne des problèmes de développement mental et de croissance physique.
  6. Antécédents familiaux: Si un membre de votre famille est atteint d’infirmité motrice cérébrale, vous êtes peut-être plus susceptible d’en être atteint. Cela peut être dû à des gènes similaires ou à l’environnement de la famille.

Parlez à votre médecin si vous craignez que votre enfant soit atteint d’infirmité motrice cérébrale. Il vous interrogera sur les antécédents médicaux et le développement de l’enfant.

Diagnostic de l’infirmité motrice cérébrale

Voici les tests les plus courants utilisés pour diagnostiquer la paralysie cérébrale.

L’étape initiale du diagnostic est généralement un examen physique. Votre médecin recherchera des signes de raideur musculaire, des mouvements anormaux et des problèmes d’équilibre et de coordination. Il vous interrogera également sur le développement de votre enfant, ses antécédents médicaux et les éventuels antécédents familiaux de troubles neurologiques.

L’IRM (imagerie par résonance magnétique) est l’examen d’imagerie le plus couramment utilisé pour diagnostiquer la PC. Ce test utilise des aimants puissants et des ondes radio pour créer des images détaillées du cerveau et de la moelle épinière. Les examens d’imagerie peuvent permettre d’écarter d’autres pathologies et de mieux visualiser le cerveau et le système nerveux.

L’échographie crânienne est un autre type de test d’imagerie qui peut diagnostiquer la PC. Ce test utilise des ondes sonores pour créer des images du cerveau. Il est souvent utilisé pour les bébés trop jeunes pour passer une IRM.

L’EEG (électroencéphalographie) enregistre l’activité électrique du cerveau. Ce test est souvent utilisé en même temps que l’IRM pour aider à diagnostiquer la PC. Votre médecin peut également vous recommander plusieurs autres examens, notamment des analyses de sang, afin d’exclure d’autres affections présentant des symptômes similaires.

Quelles sont les options de traitement de la paralysie cérébrale ?

  1. Physiothérapie

C’est l’un des traitements les plus courants et elle peut être pratiquée dans un hôpital, une clinique ou à domicile. Elle comprend :

  • Des exercices pour étirer et renforcer les muscles
  • Massage
  • Thérapie par la chaleur ou le froid
  • Attelles ou autres dispositifs pour soutenir les articulations et les membres

Les avantages de la thérapie physique sont les suivants :

  • Elle peut aider à améliorer la fonction musculaire
  • Il peut aider à réduire la douleur
  • Il peut améliorer l’amplitude des mouvements
  1. Ergothérapie

Ce type de thérapie aide à accomplir les activités quotidiennes, comme manger, se laver et s’habiller. Elle aide également à la motricité fine, comme l’écriture et l’utilisation de ciseaux. Voici quelques avantages de l’ergothérapie :

  • Amélioration de la capacité à effectuer des activités quotidiennes
  • Plus grande indépendance
  • Amélioration des compétences sociales
  • Amélioration de la motricité fine.

Le thérapeute examine l’enfant et conçoit des activités pour l’aider à atteindre ses objectifs. Par exemple, le thérapeute peut aider l’enfant à s’entraîner à boutonner une chemise, à utiliser une fourchette ou à tenir un crayon.

Conclusion

Le diagnostic de paralysie cérébrale chez vous ou chez votre enfant peut être stressant. Mais vous n’êtes pas seul. De nombreuses ressources vous aident à comprendre la maladie, son diagnostic, à gérer les symptômes et à obtenir le meilleur traitement possible.

ARTICLES SIMILAIRES
- Publicité -
Articles populaires