jeudi, juillet 18, 2024
HomeLifestyleStratégies d'adaptation pour vivre avec un partenaire alcoolique : Autosoins et systèmes...

Stratégies d’adaptation pour vivre avec un partenaire alcoolique : Autosoins et systèmes de soutien (2023)

Selon l’American Addiction Centers, l’alcoolisme peut créer un stress important au sein d’une famille, que la personne qui en consomme soit un parent, un enfant, un membre de la famille élargie ou un parent âgé. Lorsque l’un des conjoints abuse de l’alcool, l’impact peut être encore plus profond, étant donné la dépendance unique qui existe entre les partenaires.

Le conjoint d’une personne ayant des problèmes d’abus d’alcool est susceptible d’éprouver des problèmes associés tels que des sentiments d’abandon, d’inutilité, de culpabilité et d’auto-accusation.

Si vous vivez avec une personne alcoolique, vous savez à quel point cela peut être difficile et stressant. L’alcoolisme peut causer d’énormes problèmes dans les relations, qu’il s’agisse de disputes, de bagarres ou de sentiments de dépression et d’isolement. Mais il existe des moyens de vous soutenir pendant cette période difficile.

Nous avons dressé une liste de sept stratégies qui peuvent contribuer à atténuer le stress associé au fait de vivre avec un partenaire qui lutte contre l’alcoolisme :

S’informer

Source : webtruth.org

La première étape pour faire face à une personne alcoolique est d’en apprendre le plus possible sur la maladie. Pour ce faire, il est important de connaître les étapes de la dépendance à l’alcool et les effets de la consommation d’alcool sur le corps et le cerveau. Plus vous en saurez sur l’alcoolisme, mieux vous serez préparé à faire face à toute situation susceptible de se présenter.

Selon Healthline, le fait de comprendre les éléments déclencheurs de votre partenaire peut simplifier le processus de soutien lorsqu’il tente d’éviter les situations susceptibles d’entraîner des épisodes de consommation d’alcool.

Une étude récente portant sur un petit échantillon a révélé que le fait de se trouver dans une fête ou un bar est l’un des éléments déclencheurs les plus courants chez les personnes souffrant de troubles liés à la consommation d’alcool (TCA). C’est pourquoi il est suggéré d’organiser et de promouvoir des activités sociales qui n’impliquent pas d’alcool.

Prenez soin de vous

Source : greatergood.berkeley.edu

Prendre soin de soi est la chose la plus importante que vous puissiez faire pour vous-même et vos proches. Si vous ne prenez pas soin de vous, personne d’autre ne pourra le faire. Cela signifie qu’il n’est pas égoïste ou égocentrique de se concentrer sur ses propres besoins. Cela facilitera la tâche de tous ceux qui dépendent de votre force et de votre stabilité.

Voici quelques exemples d’activités d’autosoins :

  • Passer du temps avec des amis ou des membres de la famille qui vous soutiennent
  • Faire régulièrement de l’exercice (par exemple, courir)
  • Manger des repas sains tous les jours
  • Faire une sieste chaque fois que vous en avez besoin

Chercher du soutien

Source : suttonwomenscentre.co.uk

Il est important d’obtenir du soutien. Il existe de nombreuses façons de le faire :

  • Les groupes de soutien, où vous pouvez parler avec d’autres personnes qui ont vécu des expériences similaires et apprendre de leurs expériences.
  • La famille et les amis qui vous écouteront sans vous juger et vous donneront un amour inconditionnel.
  • Une thérapie, que ce soit seul ou en couple avec votre partenaire s’il est prêt à y participer également.
  • Les programmes en 12 étapes comme les Alcooliques Anonymes (AA) ou Al-Anon offrent un espace sûr aux personnes qui doivent faire face aux effets des problèmes d’alcool d’une autre personne.

Medical News Today indique qu’en 1935, les AA ont été créés par Bob Smith, un chirurgien de l’Ohio, et Bill Wilson, un agent de change et un entrepreneur de New York. Wilson a été la première personne que Smith a aidée à vaincre la dépendance à l’alcool. Aujourd’hui, les AA sont présentes dans 180 pays et comptent près de 2 millions de membres dans le monde, dont plus de 1,2 million aux États-Unis.

Chercher de l’aide professionnelle

Source : mytransformations.com

La thérapie de couple peut permettre aux partenaires d’explorer l’impact de l’alcoolisme sur leur relation, de surmonter les sentiments de ressentiment et de colère, et de rétablir la confiance et l’intimité. Avec les conseils d’un thérapeute, les couples peuvent développer des mécanismes d’adaptation plus sains et renforcer leur relation.

Les thérapeutes de couple expérimentés dans des villes comme New York City utilisent des approches fondées sur des preuves, telles que la thérapie centrée sur les émotions (EFT), la thérapie cognitivo-comportementale (CBT) et la méthode Gottman, qui sont efficaces pour aider les couples à améliorer leur relation en cas d’alcoolisme et d’abus de substances psychoactives.

La thérapie de couple à New York est accessible dans les cabinets privés, les cliniques, les hôpitaux et les centres de santé communautaires. De nombreux thérapeutes proposent également des options de thérapie en ligne, qui peuvent s’avérer pratiques et flexibles pour les couples dont l’emploi du temps est chargé ou qui préfèrent suivre une thérapie dans le confort de leur domicile.

Fixer des limites

Il est important de fixer des limites. Cependant, lorsque vous avez affaire à une personne alcoolique, il peut être difficile de savoir quelles sont vos limites et jusqu’où elles doivent aller. Il existe trois principaux types de limites :

  • Les limites personnelles (ce que vous ferez et ne ferez pas).
  • Les limites émotionnelles (le nombre de contacts que vous avez avec votre partenaire qui lutte contre l’alcoolisme).
  • Limites financières (où va l’argent).

Pratiquer le détachement

Source : createcoachingconsulting.com

Le détachement est un moyen de faire face à la douleur émotionnelle de vivre avec une personne qui lutte contre l’alcoolisme. Vous pouvez pratiquer le détachement en vous détachant de la consommation d’alcool et des comportements de votre partenaire, ainsi que de vos pensées et sentiments au sujet de sa consommation d’alcool. Vous pouvez y parvenir de deux manières :

  • Avec d’autres personnes – lorsque vous êtes en soirée, par exemple, essayez de vous concentrer sur le plaisir au lieu de penser au temps qui s’est écoulé depuis la dernière fois que votre partenaire vous a répondu par texto.
  • Avec vous-même – si vous êtes obsédée par le fait de savoir si votre partenaire rentrera ivre à la maison ce soir (ou demain soir), prenez un moment pour vous rappeler que le fait de vous inquiéter ne changera rien. Au lieu de vous attarder sur ces pensées, concentrez-vous sur quelque chose d’autre, comme une promenade ou la préparation de biscuits.

Pratiquer la pleine conscience

La pratique de la pleine conscience peut vous aider à gérer le stress et l’anxiété. Voici quelques façons de pratiquer la pleine conscience :

  • Prenez le temps de vous asseoir tranquillement. Fermez les yeux et inspirez par le nez pendant quatre secondes, puis expirez par la bouche pendant huit secondes. Répétez ce cycle trois fois avant de passer à une autre activité (comme lire ou écouter).

Si vous avez du mal à vous concentrer sur la respiration seule, essayez plutôt de compter chaque respiration. Commencez à un et comptez jusqu’à dix avant de recommencer à un si nécessaire.

  • Lorsque vous vous sentez stressé par quelque chose que quelqu’un a dit ou fait, que ce soit contre vous ou contre quelqu’un d’autre, prenez quelques minutes pour vous éloigner de cette personne. De cette façon, ils ne vous distraient pas de l’essentiel, qui est d’apprendre à survivre et à s’épanouir dans de telles circonstances sans se laisser submerger.
    Source : baby-chick.com

Conclusion

Nous espérons que cet article vous a été utile et que vous pourrez appliquer certaines de ces stratégies à votre situation. N’oubliez pas que vous disposez de nombreuses ressources – amis, membres de la famille, groupes de soutien, etc.

Si, à un moment ou à un autre du processus de prise en charge de vous-même ou de l’établissement de limites avec votre partenaire aux prises avec l’alcoolisme, vous avez l’impression que les choses sont trop lourdes pour que vous puissiez les gérer seul(e), n’hésitez pas à tendre la main.

ARTICLES SIMILAIRES
- Publicité -
Articles populaires